Dr. John Chan 

Dr John Chan

Centre de recherche du CHUM, Québec

Oxidative stress and molecular regulation of renal angiotensin-converting enzyme-2 (Ace2) and angiotensin 1-7 receptor (MasR) expression in diabetic nephropathy

[Stress oxydant et régulation moléculaire de l’expression de l’enzyme de conversion de l’angiotensine II rénale (ACE2) et du récepteur Mas (MasR) spécifique à l’angiotensine 1-7 dans les cas de néphropathie diabétique]


2017-2019 :  100 000$  |  Subvention de soutien à la recherche biomédicale |  Catégorie : Diabète

Biographie

Le Dr John Chan occupe actuellement le poste de professeur de médecine à l’Université de Montréal. Il est également Directeur du Laboratoire de néphrologie moléculaire et d’endocrinologie du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM). Dans le cadre de son programme de recherche, le Dr Chan s’efforce de comprendre le ou les rôles joués par le système rénine-angiotensine (SRA) intrarénal et par le stress oxydant dans la pathogenèse de la néphropathie diabétique en se penchant particulièrement sur l’expression du gène de l’angiotensinogène rénal et sur la production d’espèces réactives de l’oxygène (ERO) impliquées dans l’apoptose des cellules tubulaires. Auteur de plus de 100 articles publiés dans des revues scientifiques, le Dr Chan a également soumis plus de 250 résumés de présentation à diverses sociétés savantes. Son programme bénéficie du soutien de plusieurs organismes subventionnaires dotés de comités d’examen par des pairs, notamment les Instituts de recherche en santé du Canada, La Fondation canadienne du rein, l’Association canadienne du diabète et la Fondation canadienne de l’innovation.

Résumé vulgarisé du projet de recherche


Le diabète et l’hypertension artérielle sont des facteurs de risque majeurs d’une insuffisance rénale chez les personnes atteintes de diabète. Selon des études menées chez des humains et des animaux, l’utilisation prolongée de médicaments qui bloquent un système hormonal appelé « système rénine-angiotensine (SRA)  » permet d’abaisser la pression sanguine et de retarder l’évolution de l’insuffisance rénale, mais pas de la guérir. Ces observations nous ont appris que l’activation du SRA est un facteur de risque majeur d’hypertension artérielle et d’une insuffisance rénale chez les personnes atteintes de diabète. L’enzyme de conversion de l’angiotensine II (ACE2) est la principale enzyme (ou protéine) du SRA qui transforme l’angiotensine II (Ang II) en angiotensine 1-7 (Ang 1-7). En interagissant avec ses propres récepteurs (appelés MasR), l’Ang 1-7 neutralise les effets nocifs de l’Ang II sur les reins. Bien que les chercheurs ne comprennent pas encore très bien comment fonctionne la régulation de l’expression de l’ACE2 et des récepteurs Mas rénaux, ils ont tout de même constaté que leur expression est réduite dans les reins diabétiques. Dans le cadre de son projet de recherche, le Dr Chan se propose d’étudier l’intervention d’une protéine appelée erythroid 2-related factor 2, ou Nrf2, dans la régulation à la baisse de l’expression rénale de l’ACE2 et des récepteurs Mas, qui est incriminée dans l’aggravation des lésions rénales chez les personnes atteintes de diabète. Les travaux du Dr Chan serviront à déterminer si le Nrf2 peut être une cible thérapeutique dans la prévention de la progression de la néphropathie chez les personnes atteintes de diabète.